FLASHQC  /  NOUVELLES  /  ACTUALITÉ
Bières et Frites
Crédit photo: La Presse

Bières et Frites poursuit la Régie des Alcools

Publié le 30 avril 2024 à 6h46
PAR MARC-ANDRÉ BERTHIER
PARTAGER
SUIVEZ-NOUS

Dans un récent développement judiciaire, Bières et Frites, une enseigne appartenant au Groupe Blanchette, qui possède également les marques Shaker et La P'tite Grenouille, a engagé des poursuites contre la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ), réclamant des dommages-intérêts s'élevant à plus de trois millions de dollars.

Depuis son ouverture pendant la pandémie, avec des emplacements à Lévis et à Québec, Bières et Frites a adopté un modèle commercial innovant axé sur la vente de bière et de frites à des tarifs réduits, ce qui a attiré l'attention de la RACJ.

En avril 2023, la chaîne a été convoquée devant la Régie, accusée d'utiliser son permis d'alcool de manière non conforme en encourageant une consommation irresponsable d'alcool grâce à ses promotions attractives.

Le propriétaire, Jérôme Landry, a immédiatement contesté ces allégations, affirmant avoir toujours agi dans le respect de la loi et avoir obtenu toutes les autorisations nécessaires avant l'ouverture des restaurants. Après avoir envoyé une mise en demeure, la RACJ a annulé la convocation, reconnaissant une « erreur administrative ».


Cependant, Landry soutient que cette « erreur » était en réalité une plainte fabriquée de toutes pièces contre son entreprise, ce qui, s'il était prouvé, pourrait révéler des pratiques douteuses au sein de la RACJ.

Cette action en justice initiée par Bières et Frites va bien au-delà des réclamations financières.

Elle accuse la RACJ de mener une enquête partiale et abusive, ce qui aurait non seulement terni la réputation de l'entreprise, mais également entravé son expansion, plusieurs franchisés potentiels se retirant après la controverse.

Ces accusations s'inscrivent dans un contexte plus large de critiques à l'égard de la RACJ, Jérôme Landry dépeignant l'organisme comme fonctionnant avec un manque de transparence et une politique d'opacité qui mettent en péril l'impartialité de ses décisions.

Outre les réparations financières, la demande de Bières et Frites comprend des dommages punitifs pour abus de pouvoir et déni de justice.

Jérôme Landry appelle également à une révision systématique du tribunal de la RACJ afin d'éliminer toute partialité institutionnelle et de restaurer la confiance envers l'organisme.

Quelle est votre perspective sur cette affaire complexe?

Source LeSoleil:
Bières et Frites poursuit la Régie des alcools pour trois millions
SONDAGE
30 Avril   |   61 réponses
Bières et Frites poursuit la Régie des Alcools

Aimez-vous le fait que la SAQ soit un monopole?

Oui1219.7 %
Non4980.3 %
LISTE DES SONDAGES
10 dernières chroniques
pub